Pays de la loire

 Notre président de région, ancien maire de  notre ville  nous dit!

 A La Roche sur Yon, ville dont  j’ai été maire pendant de nombreuses années, une de mes vieilles amies a créé

une association de protection des tortues.  Je  me  devais donc d’y adhérer et  je m’y suis impliqué en adoptant

quelques  bébés tortues que j’élève avec  plaisir  

Jacques Auxiette

President  de la Région Pays de Loire

 

 

                  

 

                              

           Jacques Auxiette et ses  bébés tortues                le Président de Région Pays de Loire et l a Ptrésidente de l'AVAT

                                                                               Notre ville

                                     

                                                  

         

                  

                      

  

                               

     

         

                  De plus elle aide divers projets:  dans les écoles:

                                                                      

                      

                                    

        

             et des manifestations ponctuelles:

                                    

                                                        

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                   

     

            source: le journal de la Vendée  Juillet 2011

                                

  

             source: journal du Pays de Loire n° 41 Janvier 2012

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

     

Le zoo, c'est aussi l'affaire des soigneurs

                                                     

 

Selon Guillaume, Kasanga, Kirikou et Matumi se sont bien adaptées à leur nouvel environnement depuis leur arrivée au mois d'avril.

Coulisses. Guillaume est l'un des trois soigneurs animaliers au Natur'Zoo de Mervent.Un métier qui fait appel à plusieurs compétences.

Récit d'une journée au plus près des animaux.

Pour Guillaume Romano et son équipe, la journée commence dès 8 h, en cuisine, pour la préparation des repas

« Certains animaux, comme les primates, peuvent manger jusqu'à cinq fois par jour. Au total, nous distribuons environ 60 repas quotidiennement

Il nous faut à peu près une heure pour tout préparer, sachant que les repas sont différents selon les régimes alimentaires des animaux. »

Le parc reçoit chaque jour 70 kg de viande et 70 kg de fruits et légumes, ingrédients de base pour les pensionnaires du zoo. « Lors de la préparation des repas

,nous en profitons pour échanger sur les éventuels problèmes et faire un briefing pour le reste de la journée », indique Guillaume, l'un des trois soigneursdu zoo

.« On les connaîttous par coeur »

Vers 9 h, chacun rejoint son secteur pour effectuer la distribution des repas. Il n'y a pas de temps à perdre, tout doit être prêt à 10 h, pour l'arrivée des premiersvisiteur

s. Pour autant, pas de précipitation. « On ne se contente pas de leur laisser la nourriture dans un plat, explique Guillaume. Pour les ours par exemple,

on la disperse au hasard sur leur hectare de terrain. De cette manière, ils doivent aller chercher leur nourriture, et ça permet au public de les voir un peu plus. »

Au moment de la distribution des repas, les soigneurs surveillent attentivement chaque animal, en particulier les femelles gestantes, les nouveaux nés, ou encore les

plus âgés. Ce jour-là, Guillaume doit aller chercher Bamako, une tortue géante, visiblement pas décidée àsortir de sa cabane. « À force, on les connaît tous par coeur »

, sourit Guillaume qui effectue son quatrième été au zoo.

Métier passion

Le reste de la journée, une équipe s'occupe du nettoyage et de l'entretien du parc et des box, pendant que l'autre assure l'animation du parc. « C'est un métiercomplet

. Il faut être à la fois cuistot, jardinier, animateur, bricoleur et vétérinaire. C'est prenant, mais on choisit ce métier par passion. Il n'y a pasune journée qui se ressemble. »

Guillaume va voir le tigre blanc et les trois girafes arrivés cette année. « Les tigres blancs deviennent moins rares en captivité. Les girafes de Rothschilden revanche,

c'est vraiment exceptionnel. »Après la fermeture du parc, à 19 h, 90 % des animaux sont rentrés dans leurs enclos. « On le fait pour des questions de sécurité et ça

nous permet en même temps un meilleur suivi quotidien. Ça peut prendre du temps quand certains rechignent à rentrer, mais l'appel du ventre finit toujours par l'emporter. »

Sources Maville.com et Charles Du bré (Ouest france)