Consultation nationale

 

                                                   Qui aura le dernier mot?

                

                           

 

                      

                              

                             

 

                                                                            Florilège...

                                                      Je n'ai pas corrigé les fautes d 'orthographe...

 

                           

                          

                         

                             les autres

                        

                       

                       

                      

                     

                    

                   

                   

                 

                

               

              

              

             

            

          

         

         

         

         

Revoir au plus près les dépenses de fonctionnement des ministres,

parlementaires

Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ?

Revoir au plus près les dépenses de fonctionnement des ministres, parlementaires : par exemple limiter les voitures de fonction ; chaque ministre a

une indemnité fixe de fonctionnement pour ses déplacements Ne plus payer à vie les anciens présidents, prendre en charge leur sécurité pour un

temps donné.

Afin de financer les dépenses sociales, faut-il selon vous...

Revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales

S'il faut selon vous revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales, lesquelles doivent être concernées ?

ü Verser Allocations familiales selon les ressources ( mesure plusieurs fois reportée) Autres allocations sur salaire des 6 derniers mois

Quels sont les domaines prioritaires où notre protection sociale doit être renforcée ?

personnes agées

Y a-t-il d'autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

ü Mieux gérer les fraudes à la sécurité sociale et le non paiement des frais d’hôpitaux. Faire payer immédiatement les consultations comme dans le

privé. ü Revoir l’attribution de la CMU ü Remettre la Taxe d’habitation utile aux communes

 

Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ?

Faire moins payer la classe moyenne : un foyer de 4 personnes avec 3500 euros par mois une fois les impots payés, on ne s'en sort pas. Faire payer

tout le monde même les minima sociaux et taxer les actionnaires plus que les travailleurs !!!

Quels sont selon vous les impôts qu'il faut baisser en priorité ?

la TVA et l'impots sur le revenu

Afin de financer les dépenses sociales, faut-il selon vous...

Revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales

S'il faut selon vous revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales, lesquelles doivent être concernées ?

RSA, APL, ATA, allocation rentrée scolaire, allocations familiales au-delà de 3 enfants = tout ce qui maintient les gens dans l'inactivité/ au-delà de 3

enfants, c'est un choix à assumer d'avoir une famille nombreuse !

Quels sont les domaines prioritaires où notre protection sociale doit être renforcée ?

handicap/ invalidité prévention /information liée à la santé

Pour quelle(s) politique(s) publique(s) ou pour quels domaines d'action publique, seriez-vous prêts à payer plus d'impôts ?

santé / éducation /sécurité

Y a-t-il d'autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

La classe moyenne étouffe : on paie tout, on a droit à presque rien. Il n'y a pas de respect des classes en dessous pour la collectivité (école nivellée par le

bas, biens privés ou collectifs détériorés) et on a pas accès aux voies d'excellence pour nos enfants comme la classe supérieure. Il y a des gens qui vivent

une bonne république et des citoyens qui paient pour eux, je ne suis pas contente car le citoyen qui paie c'est moi !!! Mon mari et moi travaillons tous les

2 et avons un niveau de vie modeste.

 

 

Y a-t-il d'autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

- Supprimer le Paiement des Frais d'Obsèques aux Députés et sénateurs, leur Femme ou Enfants. - Supprimer l'Aide Médicale d’État coûtant 3 milliard

par an pour les Réfugiés. AME) + ATA + CMU + RSI etc etc - Diminuer drastiquement les Effectifs du Sénat. Réduire le nombre de Ministres et Secrétaires

d’État. - supprimer le CESE –(conseil économique social et environnemental )qui ne fait pas grand’chose si ce n’est être une planque à copains... - Réduire

de plus de la moitié les Députés (200 suffiraient) ainsi que les Elus des Collectivités Territoriales et les Conseillers Régionaux. - Installer un pointage à

l'Assemblée Nationale afin que chaque Député ne soit payé qu'en fonction de sa Présence.(pas de son Travail faut pas rêver) - Interdire réellement le Cumul

des Mandats et le Cumul des Retraites. Retraite limitée à 10 000 € ne tenir-compte que du seul dernier Échelon franchi, comme pour les autres Français ! -

Pour les Non-Réélus, (y compris les anciens Présidents) supprimer Protections policières, Chauffeurs et autres Avantages. Et avant de "quitter le Navire"

interdire la distribution de Postes tous azimuts aux copains pour les planquer gratuitement - Réduire le nombre de Parlementaires Européens, et la masse de

Fonctionnaires aux Responsabilités fantômes avérées et autres "Conseillers" qui n'en ont que le nom sans rien faire ! - Suppression de la CMU à certaines

Catégories - Stopper le Versement des Retraites à l'étranger, sans vérifier que les personnes soient toujours vivantes (!). On exige bien un Certificat de Vie

pour les Français, il doit en être de même pour les étrangers - Obligation de se présenter dans les Consulats et signer un Registre d’Attestation (Problème

dénoncé à maintes reprises par la Cour des Comptes). Le Maghreb étant le plus grand Bénéficiaire. Fin du droit du sol pour le droit du sang - Suppression

des Retraites versées aux étrangers arrivant en France à 65 ans Sans jamais n’avoir cotisé un Centime ! (1157 €) alors que certains de nos Retraités touchent

300 à 400 €.. Une ignominie, quand des Français de souche se tuent parce qu'ils n'arrivent plus à payer leurs factures après avoir cotisé pour la plupart 44 ans.

- Réduction drastique du train de vie de toutes les soit disant “Élites". Leurs vies dans nos Palais nous coûtent une fortune et les rendent rapidement déconnectés

du réel : trains de vie insensés avec Cuisine 4 Étoiles, Bouquets de Fleurs de Concours, Décorations intérieures revisitées selon leurs Caprices, etc, etc, etc.

.(la simplicité est très bien vécue chez nos Voisins). Toutes ces Économies donneraient un sérieux coup de pouce au Désendettement de la France qui vit

actuellement sur un Volcan et rendraient nos Élus solidaires des efforts qu'ils imposent aux autres.

 

                              °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Propos recueillis par Jérôme Cordelier

Publié le 28/12/2018 à 07:29 | Le Point.fr

Description : Manifestation de Gilets jaunes, le 8 decembre a Nice. Suite au mouvement, << un grand debat national >> est organise en janvier et fevrier.

Manifestation de Gilets jaunes, le 8 décembre à Nice. Suite au mouvement, « un grand débat national » est organisé en janvier et février.  

 

Maire de La Roche-sur-Yon en Vendée, Luc Bouard est un élu pragmatique qui n'a pas sa langue dans la poche. Toujours encarté chez Les Républicains,

il fait partie du mouvement d'élus La France audacieuse lancé par le maire de Nice, Christian Estrosi. On le dit «  Macron-compatible  » et il fait partie des

élus locaux régulièrement consultés par Édouard Philippe. Comment compte-t-il participer au grand débat national lancé par le président de la République ?

Luc Bouard s'est confié au Point.

Le Point : Allez-vous participer à la grande concertation nationale lancée par Emmanuel Macron ?

Description : https://www.lepoint.fr/images/2018/12/28/17793996lpw-17815307-embed-libre-jpg_5834717.jpg

Maire de La Roche-sur-Yon en Vendée, Luc Bouard toujours encarté chez Les Républicains.

© DR / Capture écran Twitter

Luc Bouard : C'est notre devoir de mettre en place cette consultation. Mais j'attends encore que la forme soit définie. Je ne crois pas beaucoup à un

rassemblement dans une salle avec 500 personnes. Chacun doit pouvoir s'exprimer et sous des formes diverses : cahiers de doléances, consultations

numériques, échanges sur blogs... Ce sera plus constructif ainsi.

Certains de vos collègues ne veulent pas participer à une communication gouvernementale. Qu'en pensez-vous ?

Moi, ce qui m'intéresse, c'est la communication citoyenne. Et pour cela, les maires sont les meilleurs relais. Si les préfets étaient en première ligne, on

parlerait plutôt de missi dominici du pouvoir. Je préfère que cette mission soit confiée aux collecteurs naturels des desideratas de la population que

nous sommes, nous les maires. Et ce débat peut être aussi l'occasion d'exprimer ce que nous avons à dire.

Qu'avez-vous à dire, vous, Luc Bouard ?

Que l'État devrait davantage consulter les élus locaux avant de voter des lois sans savoir si elles seront vraiment applicables. C'est une des raisons de

la crise actuelle. Nous avons rompu le lien entre le député-maire ou le sénateur-maire qui étaient les courroies de transmission entre le pouvoir et les

citoyens. La mise en place du mandat unique fut une fausse bonne idée. Les Français voulaient davantage une rémunération unique plutôt qu'un mandat

unique. Maintenant, ce lien est à reconstruire.

Comment s'y prendre ?

Il appartient à nos gouvernants d'imaginer un lien direct avec les Français. Le Sénat, par exemple, ne devrait-il pas être une assemblée qui réunirait les

élus locaux, présidents de département, présidents de région et les délégués de maires, devenant ainsi une vraie chambre de représentants des territoires,

et donc des électeurs ? On ne reviendra pas en arrière sur le non-cumul des mandats, mais il faut faire en sorte que cette situation ne soit pas nuisible à

l'équilibre territorial.


Qu'attendez-vous de la consultation lancée par Emmanuel Macron ?

En tant que citoyen, je considère que toute crise porte en elle une opportunité. Le gouvernement, s'il sait saisir la balle au bond, a une formidable

occasion de redessiner le contrat social. Il faut qu'il ait confiance en sa population et dans ses élus. Et la base – je ne parle pas des derniers Gilets jaunes

qui ne sont plus que 30 000, mais des premiers, nombreux, qui se sont mobilisés au début – doit avoir confiance en ceux qui sont élus pour mener ce

chantier. Il faut dépoussiérer notre Constitution votée en 1958 pour qu'elle soit adaptée à 2028. C'est cela que nous devons imaginer ensemble. Moi qui

suis d'un naturel optimiste, je suis persuadé que l'on va y arriver.

En libérant la parole, ne risque-t-on pas d'avoir un déballage type réseaux sociaux sur la place publique ?

Une telle consultation, c'est vrai, peut être un exutoire pour exprimer des choses pas forcément constructives. Mais j'ai confiance en mes concitoyens.

Une société n'est pas une somme d'égoïsmes. Il y a un souffle à retrouver, un projet commun à dessiner.

En avez-vous parlé avec Emmanuel Macron ?

Je ne l'ai pas vu récemment. Mais j'ai déjeuné avec Édouard Philippe à Matignon le 13 décembre. C'est un garçon qui a gardé toute son énergie et toute

la volonté de son engagement. Je n'ai pas senti quelqu'un d'abattu. Il a la volonté d'amener son pays vers quelque chose d'apaisant et de constructif.

Et le président, comment le percevez-vous aujourd'hui ?

Il est compliqué pour lui d'avoir été un président porté aux nues il y a 15 mois et de connaître une chute vertigineuse dans les sondages et, surtout, dans

l'esprit des Français. Il y a eu une accumulation de petites erreurs : des phrases à l'emporte-pièce, des décisions maladroites comme les APL qui n'apportaient

pas grand-chose financièrement. Cela a nourri un mal-être dans le pays. Puis, le prix du baril qui explose au moment où l'on ajoute des taxes, des leaders

d'extrême gauche comme d'extrême droite qui jettent de l'huile sur le feu... La situation est devenue intenable. Il y a eu une élection, ce n'est pas parce qu'on

l'a perdue qu'il faut remettre en cause continuellement la valeur de celui qui a gagné... En démocratie, on peut s'opposer, mais dans le respect des uns et des autres.

Avez-vous toujours confiance en Emmanuel Macron ?

Il y a autour de lui quelques ministres de nature à changer les choses. Mais beaucoup de choses sont à remettre à plat. Édouard Philippe, Emmanuel Macron,

Bruno Le Maire sont des responsables qui savent écouter, déduire, construire. Ils sont aux manettes, à eux de nous montrer de quoi ils sont capables et on

travaillera ensemble.

 

                       °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°