Les mots

 

 

                                                               

       

     

    

       

                                     

                                               

                 

                                                 

                                                        La langue qui fourche....

                                              extraits 2014

Qu'ils soient prêtres, politiques, journalistes ou chefs d'entreprise.... Il arrive à tout le monde

d'avoir la langue qui fourche.

1. "Harlem Désir en déplacement à Jarnac pour la commémoration de la disparition de François

Hollande"(@partisocialiste,Twitter, le 8 janvier). François Mitterrand a dû s'en retourner dans

sa tombe.

2. "Comme vous le savez, je suis opposé à la gestion pour autrui" (Nicolas Sarkozy, lors d'un

meeting à Saint-Cyr-sur-Loire,le 15 octobre). Et à la gestation ?

3. "La France veut agir en Chirac... euh... en Irak" (Laurent Fabius, à Sciences po, le 11 septembre).

4. "On se serre les couilles" (un prêtre, dans "Le jour du Seigneur" sur France 2, le 9 novembre).

Les coudes, plutôt ?

5. "Eh bien, déjà, permettez-moi de vous dire que je ne partage pas l'analyse politique d'Apolline

de La Merde" (BenoistApparu, interviewé au téléphone sur BFMTV, le 1er décembre). L'éditorialiste

de BFM TVApolline de Malherbe (photo)a sûrement apprécié.

6. "Quand j'étais ministre des Finances, je me suis battu [...] pour que nous fassions en sorte de

sortir de la zone euro"(Pierre Moscovici, sur Europe 1, le 22 juillet). Pour rester, Pierre.

7. "Chacun doit être certain qu'il est prisonnier... présumé innocent avant d'avoir été condamné"

(François Hollande rappelant les grands principes de notre justice en réponse à une question sur la mise

en examen de Nicolas Sarkozy, lors de son interview du 14 juillet).

8. "On a une ambition claire d'une UMP large, ouverte à tous, tolérante, bienveillante" (Yves Jégo

parlant de l'UDI, sur LCI,le 16 juillet). C'est fini, Yves, tu n'es plus à l'UMP, mais à l'UDI, dont tu

brigues la présidence !

9. "On va continuer à s'occuper des enquêtes de Nicolas Sarkozy. Enfin... les juges vont continuer"

(Michel  Sapin, sur  Europe 1, le 14 mars.).

                                                    

                                              

                                                                               Un mot pour un autre!

                                                                       

                                        

                                                                                             

                                        

                                                                                            

                                        

                                                                                               

                                        

                                                                                                  

                                         

                                                                                               

                                          

                                                                                             

                                            

                                                                                                

                                            

                                                                                                   

                                             

                                                                                                     

                                               

                                                                                                      

                                                

                                                                                                          

                                                  

                                                                                                            

                                                    

                                                                                                                   

                                                     

                                                                                                                   

                                                      

                                                                                                                  

                                                       

                                                                                                                   

                                                        

                                                                                                                         

                                                          

                                                                                                                            

                                                            

           

                                                                                          

                                                            

   

 

                                  

                                 

                                 

                                          

                                                SER et ESTAR

                    En un manicomio no son todos los que están ni están todos los que son

 

                                                     Dans un asile de fous  ils ne sont pas tous fous ceux qui y sont

                                                                      Et ceux qui sont fous n’y sont pas tous. ;

                                       


                            

                                               

                                             

 

                                                                   

          

                     

                                                          

                                                             

 

                                                                          

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                        

                                                                

                                                                              

       

                                                                         

                                          

 

                                                                          

                                                                                                Pangramme

                                                   

                                           

                                                                        

                                                                         

                                                                                   > > > > > > >   Langue française :

                                                                       un petit bijou que vous ne connaissiez peut-être pas .


                                                      
Le plus long mot palindrome de la langue française est

                                                                                                     « ressasser ».

                                                                  C'est-à-dire qu’il se lit    dans les deux sens.

                               

                                                Ce dimanche 02/02/2020 est un jour palindrome parfait (et c'est extrêmement rare)

 

Le dimanche 2 février 2020 est un jour un peu particulier. La date du 02/02/2020 est un palindrome, puisque le lecteur peut la lire de

manière identique dans les deux sens. Selon la définition du Larousse, un palindrome est un mot ou un groupe de mots qui peut être lu

indifféremment de gauche à droite ou de droite à gauche, à l'aimge de "kayak", "ressasser", "serres" ou encore de la phrase "Esope est

ici et se repose".


                                                  
« Institutionnalisation » est le plus long lipogramme en « e »

                                            C'est-à-dire qu'il ne comporte  aucun « e ».


                                                                  
L'anagramme de « guérison » est « soigneur ».

                                                          C'est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.


                          
« Endolori » est l'anagramme de son antonyme « indolore », ce qui est paradoxal.


                                             
« Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette »


                                               
« Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave.

                                                                Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !


                                          
Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot. Tout comme

                                « triomphe », « quatorze »,  « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre »,

                                                                      « belge », « goinfre » ou « larve".


                                        
« Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d'être de genre masculin

                                              et deviennent  féminin à la forme plurielle.

                               Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel. C'est ainsi !


                            
« Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont on ne prononce aucune des lettres :

                                                              [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] .

                             « oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles.


                                                                 > > > > > > >
APOPHTEGME : quelques exemples:

                                Difficile à écrire ou à prononcer.....mais facile quand on en lit UN !!!!


               
Un apophtegme est un précepte, une sentence, une parole mémorable ayant valeur de maxime.


                                                                          
L'homme descend du songe. (Georges Moustaki)


                                                           
Elle était belle comme la femme d'un autre. (Paul Morand)


                                                                           
L'enfant est un fruit qu'on fit. (Leo Campion)


                                    
C'est curieux, se faire refaire les seins, ça coûte la peau des fesses. (Vincent Roca)


                                     
Quand il y a une catastrophe, si on évacue les femmes et les enfants d'abord,

                                              c'est juste pour pouvoir réfléchir à une solution en silence. .....


                                      
La tolérance, c'est quand on connaît des cons et qu'on ne dit pas les noms.


                                      
Vous connaissez l'histoire du mouton qui court jusqu'à perdre la laine ?


                                 
Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé. (Alan Greenspan)


                     
L'ennemi est bête, il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui. (Pierre Desproges)


        
Parfois je regarde la télé toute la journée. C'est chiant. Mais quand je l'allume, c'est pire ! (Patrick Timsit)


    
Vous n'êtes pas responsables de la tête que vous avez, mais vous êtes responsables de la gueule que vous faites.


               
Le jour ou Microsoft vendra quelque chose qui ne se plante pas, je parie que ce sera un clou.


                                      
Elle est tellement vieille qu'elle a un exemplaire de la Bible dédicacé.


                                              
Quand Rothschild achète un Picasso, on dit qu'il a du goût

                         Quand Bernard Tapie achète un tableau, on demande où il a trouvé les ronds.


                                               
Si la Gauche en avait, on l'appellerait la Droite. (Reiser)


                              
De nos jours, l'assistance à personne en danger se résume à... assister au danger.


 
                                N'attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques

                                         puisque ce sont eux  qui en sont la cause. (Alain Madelin)


                                                                             

Qu'ont en commun les mots «radar», «ressasser», «non» ? Quelle est la particularité des mots «délice», «amour» et «orgue» ?

La langue de Molière foisonne de particularités. Le Figaro vous propose d'en redécouvrir quelques-unes.

Il faudrait la comparer à une caverne. Celle d'Ali Baba bien sûr. Un endroit merveilleux où chaque pièce d'or entraîne la

découverte de mille et un autres trésors. La langue française est ainsi faite qu'à chaque fois que l'on emploie un mot, une centaine

d'autres viennent à sa suite. Chaque terme contient en lui-même une arborescence d'anecdotes. Le Figaro vous propose de

redécouvrir quelques-unes de ces curiosités.

? Ces figures de style que nous faisons sans le savoir

Qu'ont en commun les mots «radar», «ressasser», «selles», «non» et «coloc»? Vous ne voyez pas? Alors tentez un peu de les

écrire une fois, puis une seconde en commençant par leur dernière lettre. Vous ne rêvez pas, chacun de ces mots peut se lire

exactement de la même façon dans les deux sens. C'est ce qu'on appelle des «palindromes». Ils sont plusieurs dizaines dans la

langue française.

On peut les découvrir au détour d'une ville (Sarras, en Ardèche), d'une rivière (Erdre, en Loire-Atlantique) ou de chez soi, tout

simplement . Pensons par exemple au groupe de musique ABBA ou à ces livres qui regorgent de ces figures de style. L'inégalable

George Perec composa par exemple un palindrome qui compte 1247 mots. Notons également que ces formules inspirent

quotidiennement les auteurs, dont Jacques Perry-Salkow. Véritable spécialiste en la matière, l'auteur a publié Le Vivarium des

palindromes, (Fayard).

Les anagrammes ne sont pas en reste. Le Trésor de la langue française les définit ainsi:«Interversion des lettres qui composent

un mot (ou plus rarement un syntagme ou une phrase) de manière à faire un autre mot (ou un autre syntagme ou une autre phrase)».

Concrètement? Le mot «guérison» est l'anagramme de «soigneur». On peut mélanger toutes les lettres du premier terme pour former

le second. De même, le «chien» est l'anagramme du mot «niche». Poilant non?

? Au pluriel!

Il y a des mots qui ne s'emploient qu'au pluriel comme le rappelle sans «ambages» Jean-Loup Chiflet dans son livre Les exceptions

de la langue française, on adore les détester (Mots & Cætera). Bien que peu nombreux, voire pour certains désuets, ces termes font

la préciosité de notre langue. Rappelons-nous ainsi que l'on dit toujours des: «affres», «annales», «condoléances», «honoraires»,

«funérailles», «obsèques», «préparatifs», «ténèbres».

À noter que les mots masculins «délice», «amour», «orgue» ont la particularité de changer de genre une fois mis au pluriel. C'est

ainsi que l'on écrit un «amour enfantin» mais des «amours enfantines», un «bel orgue» mais des «belles orgues», un «délice infini»

mais des «délices infinies».

? Des rimes qui n'existent pas

Tout est poétique. L'art, la nature, la politique, la société... Tout. Ou presque. Si la langue française offre pléthore de mots capables

de sonner entre eux, elle accueille aussi des orphelins de la rime. C'est le cas du mot «quatorze» qui ne résonnent avec aucun autre

terme. Mais aussi de «triomphe», de «quinze», de «belge», de «goinfre», de «pourpre». Et la liste est exhaustive.

Cette bizarrerie poétique se retrouve aussi chez les noms propres. Il existe des mots qui se lisent et se disent sans consonnes. C'est

ainsi que l'on prononce seulement une voyelle en les prononçant. Exemple: le fleuve «Aa» (Hauts-de-France), la commune Eu

(Seine-Maritime), Y (Somme) ou bien encore le château de Ô, dans l'Orne.

? Le dictionnaire a peur

Il y a des peurs que tout le monde connaît. L'arachnophobie, à savoir la «peur des araignées», l'agoraphobie, la «peur de la foule»

ou bien l'acrophobie, c'est-à-dire la «peur des hauteurs». Mais il y en a d'autres très étonnantes. Âmes sensibles s'abstenir!

On peut dire d'une personne qui a constamment peur de perdre son téléphone qu'elle est «nomophobe» («nomophobie», de l'anglais

«no mobile-phone phobia»), d'un individu qui souffre de la vue des poulets qu'il est «alektorophobe» (de alektoris «poule»), d'un

autre qui a peur d'être pris de diarrhées impérieuses en public qu'il est «laxophobe» et enfin de quelqu'un qui a peur des nains dans

les jardins, qu'il est «nanopabulophobe». De manière plus surprenante encore, on qualifie d'«anuptaphobes» ceux qui s'amourachent

à tout va de peur d'être célibataire ; de «carpophobes» ceux qui ont peur des fruits et enfin de «tokophobes», ceux qui ont peur

d'accoucher.

À noter qu'il existe un nom pour qualifier les individus qui ont peur des mots trop longs. Baptisés

«hippopotomonstrosesquippedaliophobes», ces derniers ne pourront sûrement jamais prononcer le mal dont ils souffrent...

? Des mots sans orthographe

On pourrait croire que ce sont des mots truffés de fautes. Et pourtant, ce «rencard» qui s'écrit tantôt avec un «e», tantôt avec un «a»,

tantôt avec un «d», tantôt avec un «t» est absolument correct. Idem pour le terme «bistro» qui peut à souhait s'écrire avec ou sans son

«t». Les dictionnaires hésitent toujours à leur sujet. Alors gargarisons-nous de ces écritures polymorphes. On peut noter: «clé» ou

«clef», «tsar» ou «tzar», «dorade» ou «daurade», «cacahuètes» ou «cacahouètes».

Bonus:

Les néologismes sont une autre jolie facette de la langue française. Notons dans le désordre ceux de Proust: «bizarroïde»,

«encaoutchouté», «jusquauboutiste», «baballe». Le verbe «badonguer» de Paul Claudel, qui signifie «sonner les cloches». Le verbe

«dormioter», inventé par Giono, qui signifie somnoler. Le mot «touchatouisme» de Jean Cocteau ou bien encore le verbe «trifurquer»

que préfère Louis Aragon au terme «bifurquer».

 

    

 

                                                                             

          

                               Ces homographes qui rendent la lecture si difficile 

  Ils s'écrivent de la même façon, mais se prononcent différemment. Quels sont ces intrus de la langue française ?

Ils sont le cauchemar des étrangers qui veulent apprendre notre langue, mais terrifient aussi bon nombre de parfaits francophones

. Les homographes sont ces mots qui s'orthographient de la même manière, tout en se prononçant différemment. L'analyse de leur

fonction dans la phrase est indispensable pour en comprendre le sens… et parvenir à les énoncer à haute voix correctement.

« Nous portions nos portions.

Les poules du couvent couvent.

Mes fils ont cassé mes fils.

Je vis ces vis.

Cet homme est fier ; peut-on s'y fier ?

Nous éditions de belles éditions.

Je suis content qu'ils nous content cette histoire.

Il convient qu'ils convient leurs amis.

Ils ont un caractère violent et ils violent leurs promesses.

Ces dames se parent de fleurs pour leur parent.

Ils expédient leurs lettres ; c'est un bon expédient.

Ils négligent leur devoir ; moi, je suis moins négligent.

Ils résident à Paris chez le résident d'une ambassade étrangère.

Ces cuisiniers excellent à composer cet excellent plat.

Les poissons affluent d'un affluent de la rivière.

Nous objections beaucoup de choses à vos objections.

Nous nous oignons de purée d'oignons.

Nous relations nos relations.

Il est né à l'est.

Tu as un as dans ton jeu.

J'ai fait un nœud de chaise avec ce bout de bout. »

                         

              

                          

                             

            

 

               Les joies de la langue française !!! 

 

                                                             ETRE OU SUIVRE … ?

                  

                             Nous sommes les professeurs

 

 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

                 

                                    

                                      

                          

 

     J'ai un sot sur le dos

    J'ai un seau dans la main droite

    J'ai un sceau dans la main gauche

     je me secoue et je laisse tomber

     tous ces ...?