Bras de fer! Qui va l'emporter ???

 

       

        

                               

                    La liste s'est réduite et il ne reste plus que 11 candidats en lice

                            

                            

                            

                             

                             

                            

                           

                                 

                                                                 

Description : http://www.lepoint.fr/static/img/newsletter/lepoint/px.gif

Prix de l'humour politique : "Je suis tellement hostile au cumul des mandats que je n'en ai plus aucun" (Hamon)

          

                           

                         

                                         ami ou ennemi?

                         

                            

 

                   b      

 

                                  

                                   Mais suspense apres le probleme penélope!! et tout ce qu'il ya sous le tapis!!

                                            

                                                  

                  

                                

                     

                           

              

                                    

                                           

                                                  Juppé se dit "prêt"

                          Il y a encore quelques semaines, Alain Juppé refusait d'être un "plan B". Mais face à la vague de défections

à laquelle est confronté François Fillon,  dont celle de son porte-parole Thierry Solère, le maire de Bordeaux affirme se

tenir "prêt" auprès de son entourage, avance Le Parisien. Selon le quotidien, l'ancien Premier ministre aurait même donné

son aval à une pétition de maires réclamant le désistement de François Fillon, tout en  demandant à ne pas figurer dans le texte.

Mais devant l'obstination de Fillon , Juppé a fini par renoncer. Pas de plan B et les republicains qui semblaient avoir devant

eux une voie royale vont désormais droit dans le mur!

 

              

                                      

                          

                     Il y avait d'autres candidats  mais  ils ont été recalés aux primaires

                            ou bien ils n'ont pu avoir leurs parrainages...

                                    

                                   

                                  

                                  

                                  

                                 

                                

                                   

                                     

                                    

                                   

                                  

                                  

                                  

                                 

                                 

                                

                                

                                

                                   

                                 

                                

                               

                             

                              

                             

                             

                                

 

                                      

                                    

                              ..

                             

                                                      

                                                                et certains n'ont pas souhaité se présenter

                              

                             

                            

                            

                           

                           

                          

                         

                                                      

                                                       

Les cinq candidats les mieux placés dans les sondages – Marine Le Pen, Emmanuel Macron,

François Fillon,Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon – ont débattu sur TF1, lundi soir 20

Mars 2017, pour un débat inédit à un mois du premier tour.

                                                                  

                                                                  

                                   

                                                                    

                                                            

 

 

                                                         

                                                            

                                                            

                           

                                                       

                                                                   

                                                                     

                                                                       

                                                                        

                                                                      

      

                                                                          

                                                                               

                                                                                  

                                                                    

                                                                   

                                                                   

                                                                  

                                                                  

                                                         

                                                                            

                                                           

                                                      

                                                                  

                                                                       

                                                                 

                                                                            

                                                                

                                                                

                                                                  

                                                                 

                                                                     

                                                                                 

                                                             

                                                             

                                Personnellement j ' approuve totalement la presse allemande

                   et ne comprends pas ce soutien  éhonté et mensonger de la presse

                   française pour Macron

 

                 

                                                                                                                         

                                       

                                                      Commentaire -conclusion d' internautes:

                                                  

                                                            Je n'arrive toujours pas à comprendre cette hystérie autour de Macron, il parle

                                                      pour ne    rien dire, ses discours sont vides de sens, juste une succession de généralités.

                                                          Il n'y    a aucune idée, rien de concret. Comment un type pareil peut être favori??

                                                           Macron m'impressionne car il dit tout et son contraire mais surtout ses discours sont

                                                                                                       vides,   c'est du vent!

                                          Un autre commentaire  plus objectif et réaliste...:

 

Pourquoi Mélenchon est le principal gagnant du débat (et Macron le grand perdant)

Il apparaît clairement un couple de gagnants, un couple de perdants, et un candidat qui a fait "match nul".

21/03/2017 15:44 CET |

 

Description : http://o.aolcdn.com/dims-shared/dims3/GLOB/crop/2220x1110+1387+370/resize/630x315%21/format/jpg/quality/85/http%3A%2F%2Fo.aolcdn.com%2Fhss%2Fstorage%2Fmidas%2Fc70a614c8cc1ab0beabedb7ce7671302%2F205074072%2F000_MU5D6.jpg

AFP

Pourquoi Mélenchon est le principal gagnant du débat (et Macron le grand perdant) AFP PHOTO / POOL / Eliot BLONDET

Sans surprise, sitôt conclu le premier débat entre candidats du premier tour de la présidentielle, sur TF1, des sondages ont envahi le débat public pour nous expliquer qui a été convaincant et qui ne l'a pas été, qui a gagné et qui a perdu. De fait, les sondages remplissent aujourd'hui le rôle tenu par les devins qui, au temps jadis, prétendaient dire le vrai et prédire l'avenir en lisant les entrailles d'animaux sacrifiés. Ils ne sont cependant guère plus fiables de nos jours que ces méthodes ancestrales. Le Brexit, l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, la victoire de l'outsider François Fillon à la primaire de la droite puis celle de l'outsider Benoît Hamon à celle du Parti socialiste, entre autres exemples récents, l'ont spectaculairement démontré. Or, lorsque la "grande surprise" contredisant les sondages devient systématique au soir du vote, cela signifie tout simplement que le thermomètre est cassé.

Pour ne plus se fourvoyer dans leurs pronostics et leurs analyses, les journalistes politiques, les experts, les candidats ainsi que leurs états-majors, doivent l'admettre et l'accepter: les sondages sont devenus des instruments inefficaces, cassés, obsolètes, pour mesurer les tendances dans l'électorat. Il s'ensuit qu'aujourd'hui, se fonder sur les sondages (ou sur l'immolation d'une vache) pour bâtir un pronostic ou une analyse politique, c'est commettre une faute professionnelle.

Si l'on s'en tient, donc, à une analyse qualitative du débat du 20 mars, il apparaît clairement un couple de gagnants, un couple de perdants, et un candidat qui a fait "match nul".

Jean-Luc Mélenchon est le principal gagnant du débat, qu'il a globalement dominé après un début en retrait et le pied sur le frein. Lorsqu'un candidat s'en tient à exprimer des valeurs et des positions générales, l'électorat trouve qu'il n'est pas assez concret. A contrario, s'il s'en tient à décliner un catalogue de propositions, l'électorat va le juger trop technocrate. Entre ces deux écueils, le candidat de la France insoumise a tiré son épingle du jeu parce qu'il a été le seul à réussir presque systématiquement, lors de ses prises de parole, à exprimer à la fois ses valeurs et des propositions concrètes. De plus, les propositions étaient le plus souvent présentées en les ancrant dans la réalité quotidienne de ses électorats-cibles, les classes moyennes inférieures et populaires, et en les exprimant de leur point de vue, technique qui accroît le sentiment d'être bien représenté par le candidat. A cela s'ajoute l'évitement de deux dangers qui guettaient spécifiquement Jean-Luc Mélenchon: alors qu'il peut facilement devenir agressif ou colérique, il a au contraire été débonnaire et souvent drôle; alors que son format habituel est le discours-fleuve, il est parvenu à faire entrer son propos dans le cadre ultra-court des prises de parole en une poignée de minutes. Il y a donc fort à parier que suite à ce débat, Jean-Luc Mélenchon n'a pas perdu d'électeurs déjà acquis à sa cause et a marqué des points chez les indécis.

Marine Le Pen sort également gagnante du débat, dans une moindre mesure. Elle a en effet choisi de se comporter en "déléguée de classe" de l'électorat "CSP –" qui lui est déjà fortement acquis (le vote FN est très fort depuis plusieurs années chez les sans-diplôme, les ouvriers non qualifiés et les quinquagénaires en précariat). En substance, elle a exprimé fidèlement le point de vue de l'homme de la rue qui vote déjà pour elle. La conséquence positive est un très fort effet d'identification, donc de satisfaction, pour ce socle électoral déjà lepéniste, tout simplement parce qu'à l'issue de ce débat il se sent très bien représenté par la candidate. En revanche, la contrepartie négative est l'impossibilité, avec ce type de discours, de séduire aussi les catégories sociodémographiques qui lui font le plus cruellement défaut: les classes moyennes et plus spécifiquement les CSP+ fortement diplômées, conduites au contraire à juger qu'"elle n'a pas le niveau" et "pas la stature" d'une femme d'Etat. Elle sort donc gagnante du débat parce qu'elle a consolidé et satisfait son socle électoral, mais sans marquer des points au-delà de ce socle.

François Fillon a fait quant à lui un "match nul". C'est la conséquence de sa stratégie délibérément en retrait et minimaliste. Il arrivait dans ce débat chargé de casseroles pour cause d'accusations accumulées de corruption, d'abus de biens sociaux, de népotisme. Il a donc délibérément choisi de faire profil bas, d'être en retrait, durant l'essentiel de la confrontation. Il s'est strictement contenté d'exprimer les points-clés de son message avec lesquels le socle électoral de droite est profondément en phase, que ce soit sur l'économie ou sur les sujets de société. Cela revient en quelque sorte à se fondre dans le décor, pour redevenir un candidat normal plutôt que sulfureux et cabossé. De fait, à l'issue du débat, François Fillon ne fait pas partie des gagnants mais il remplit ce qui était manifestement son objectif: en sortir "normalisé". Cela obtenu, il est vraisemblable que comme lors de la primaire de la droite, il cherchera à monter en puissance lors des prochains débats.

Benoît Hamon, pour sa part, sort perdant. Pour se distinguer sans pour autant paraître agressif, il a eu raison d'opter pour des attaques rares mais bien ciblées contre chacun de ses adversaires: contre Mélenchon sur Poutine, contre Macron sur les financeurs riches de sa campagne et l'influence supposée de grands lobbies privés sur sa campagne, contre Fillon sur son népotisme et son rapport à l'argent, contre Le Pen sur sa laïcité à géométrie variable concernant l'Alsace-Moselle. Cependant, à cause de son extrême retenue sur la forme, ces attaques n'ont pas été véritablement marquantes: il aurait fallu davantage les mettre en scène, les "dramatiser". Par ailleurs, dans l'expression de son propre contenu il reste essentiellement sur la poignée de grands thèmes-clés qu'il maîtrise très bien: revenu universel, laïcité, perturbateurs endocriniens, burn-out. Revers de la médaille, à la longue cela donne l'impression qu'il tourne en boucle sur ces thèmes et donc qu'il est faible sur le reste. A cela s'ajoute l'insuccès par contraste: puisque peu de différences vraiment marquantes sont apparues entre lui et Jean-Luc Mélenchon ce soir-là, et puisque ce dernier a très bien réussi sa performance, il s'ensuit en quelque sorte un "effet Batman et Robin", au détriment de Benoît Hamon.

Last but not least, Emmanuel Macron est le grand perdant du débat. Principal problème, sa mise en scène de lui-même a été très mauvaise durant ses prises de parole. Sur le plan corporel, ses dodelinements de tête incessants et un même geste de la main répété en boucle pour marteler son propos ont donné l'impression d'une posture gauche, empruntée, maladroite. De plus, sur le plan de l'élocution et indépendamment de ses réels talents en rhétorique, sa voix est fréquemment trop partie dans l'aigu, probablement sous l'effet du stress. Quant au fond, bien qu'il ait été plusieurs fois capable d'exprimer des positions claires et fermes, dans l'ensemble il a perpétué sa tendance lourde à rester dans le flou, entre deux rives; à s'efforcer de concilier les contraires jusqu'à en devenir illisible. Ce travers était déjà constatable lorsqu'il avait fustigé l'humiliation des militants de la Manif pour tous puis assuré la communauté homosexuelle de son soutien, ou qualifié la colonisation de crime contre l'humanité puis regretté que ses propos aient été jugés blessants par des pieds-noirs. Les deux attaques qui ont véritablement fait mouche contre lui sont à cet égard révélatrices: François Fillon disant "Un petit peu à gauche, un petit peu à droite, c'est ça la politique de monsieur Macron"; et Marine Le Pen réussissant le seul "headshot" de la soirée en soulignant, à raison, qu'Emmanuel Macron venait de faire sur l'Europe une longue tirade de langue de bois.

Il faut toutefois rappeler que de tous, Emmanuel Macron est le seul candidat à n'avoir quasiment aucune expérience du débat politique. Pour un débutant propulsé en demi-finale de la présidentielle, sa performance est donc plus qu'honorable. C'est comparé aux autres qu'il est apparu surclassé. Sa contreperformance entraîne néanmoins une conclusion potentiellement inquiétante. A savoir: s'il s'avère qu'il est finaliste face à Marine Le Pen, à ce stade il n'a clairement pas le niveau pour la battre lors du grand débat du second tour de la présidentielle. En d'autres termes, contrairement à ce qui est beaucoup répété ici et là, s'il n'améliore pas massivement ses compétences de débatteur, Emmanuel Macron n'est assurément pas le meilleur candidat disponible pour faire barrage au Front national.

 

 

                                   et sur une  autre chaine...      

             

             

 

                                                      

                                                                      

 

      

                                                                                 

                                                                                          

Et puis, pour mémoire..n'oublions pas tous ces politiciens véreux!.

Voici donc la "République Irréprochable"   relevé  des responsables PS en activité et élus CONDAMNÉS (non pas les mis en examen)


 

  1. ANDREONI Serge (sénateur PS)mis en examen pour complicité de trafic d'influence dans une affaire de marchés publics présumés frauduleux .
  2. ANDRIEUX Sylvie (Député PS) condamnée  à 3 ans de prison dont deux avec sursis, à 100.000 euros d'amende et à 5 ans d'inéligibilité. complicité
  3. d'escroquerie et détournement de fonds publicsFigaro
  4. AYRAULT Jean Marc (Ministre PS) 1997 délit de favoritisme dans l’attribution d’un marché public
  5. BERNADINI François (Maire PS) condamné en 2002 pour une ingérence, détournement de fonds publics, abus de confiance et abus de biens sociaux.
  6.  à 18 mois de prison avec sursis, 400 000F d'amende et cinq ans d'inéligibilité. L’Express
  7. BENGUIGUI Yamina (ex-ministre PS) à la francophonie condamnée en sept 2015 pour déclaration de patrimoine incomplète dans le cadre de la transparence
  8. suite au scandale Cahuzac
  9. BINET Erwann Député en Isère, rapporteur PS du mariage gay, condamné pour diffamation le 23 juillet 2013.
  10. BOURQUIN Christian (Conseil régional PS) condamné en 2012  à 2 mois de prison avec sursis pour délit de favoritisme (décédé cet été 2014 R.E.P)
  11. BUCHET Pascal (Maire PS) condamné en 2012 pour harcèlement moral, après le suicide d’une de ses collaboratrices Libération
  12. CAMBADELIS Jean-Christophe (Secrétaire général du PS ) Pour recel d’abus de confiance Condamné en 2006 à 6mois de prison avec sursis et 20 000€
  13. d’amende, dans l’affaire des emplois fictifs de la MNEF.Il avait été rémunéré par la mutuelle proche du PS entre 1991 et 1995, à hauteur de quelque 620 500
  14. francs au titre d'une activité fictive de conseil.
  15. CHAOUAT Yacine (maire adjoint PS) chargé de la médiation et condamné en 2011 en appel pour violences conjugales.
  16. CIOT Jean-David , le premier secrétaire fédéral et collaborateur de Guérini, mis en cause pour recel de détournement de fonds publics. Figaro
  17. CUVILLIEZ Christian  (Union de la gauche) condamné en 2003 par la Cour d'appel de Rouen à un an de prison avec sursis et à deux ans de suppression des
  18. droits civiques, civils et de famille pour détournement de fonds publics et recel.
  19. DALONGEVILLE Gérard (Maire PS) condamné faux en écriture et usage de faux, détournements de fonds publics, favoritisme et recel de favoritismeLe Monde
  20. DELESSARD Monique   (Maire PS)  Condamnée ne 2010 à 15 mois de prison avec sursis et à une peine d’inéligibilité pour avoir marié illégalement l’ancien député
  21. -maire Jacques Heuclin, à l’article de la mort.
  22. DÉSIR Harlem (n°2 du PS Député européen) 1998 condamné à 18 mois de sursis   30 000 F  pour recel d'abus de biens sociaux De novembre 1986 à octobre 1987
  23. , il a reçu un salaire fictif mensuel de 10 500 francs de l'Association régionale pour la formation et l'éducation des migrants, basée à Lille. L'actuel n° 2 du Parti socialiste
  24. occupait la présidence de SOS-Racisme.
  25. DESTRADE Jean-Pierre (Conseiller Général PS)Condamné en 2005 à 3 ans de prison dont 2 avec sursis et 10.000 euros d’amende dans une affaire de trafic
  26. d’influence et d’escroquerie,  une peine couverte par sa détention provisoire.
  27. ECOCHARD Janine  (PS)Vice-Présidente du CG des Bouches-du-Rhône Condamnée en 1998 dans l’affaire Urba sur le financement occulte du PS.
  28. EMMANUELLI Henri (PS) 1997 Condamné pour complicité de trafic d'influence dans l'affaire Urba Également mis en examen en 1998 dans le cadre de l'affaire
  29. Destrade de financement illégal du Parti socialiste. En 2005, il s'associe au NPS d'Arnaud Montebourg . Et oui... le vicomte, soi même !!
  30. FILIPPETTI Aurélie (Ministre PS) 2014 condamnée à verser 2 000 € à "Voici" au nom du "droit légitime à l'information dans une société démocratique, devant
  31. lequel doit céder la protection de la vie privée"
  32. GAIA Robert (Député PS) du Var condamné en 2002 pour favoritisme.  (Libération)
  33. GAUDERON Jean , (PS), directeur général des services (DGS) de L'HaŸ-les-Roses, mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux, détournement de biens
  34. publics et corruption.
  35. GRANIE Bernard (PS) Bouches du Rhône, condamné à 2 ans de prison ferme, 100.000 euros d'amende et 5 ans d'inéligibilité pour corruption dans le cadre de
  36. marchés publics.
  37. GUÉRINI Jean-Noël (PS) présidentdu CG mis en examen en 2011 pour  prise illégale d’intérêts, trafic d’influence, association de malfaiteurs et complicité d’obstacle
  38. à la manifestation de la vérité
  39. HIDALGO Anne (maire PS de Paris )  condamnée en 2012 à 40 000 € d'amende pour infraction à la législation sur la durée du travail.
  40. HUCHON Jean-Paul pour(PS) prise illicite d'intérêts sur marchés publics en 2007, condamnation confirmée en appel en 2008. Délit commit dans le cadre de sa fonction
  41. de président de la Région Ile de France, dont il demande la reconduction aujourd'hui à ses électeurs.
  42. JIBRAYEL Henri(Député PS) intéresse la justice escroquerie et détournement de fonds publics. 
    Figaro
  43. KALTENBACH ?Philippe(Sénateur Maire PS)mis en examen pour corruption active et passive, recel, complicité. Le Figaro
  44. KUCHEIDA Jean-Pierre , (Député-maire PS) le soutien de Hollande, mis en examen pour détournement de fonds publics
  45. LAIGNEL Michel (PS)condamné en 2005 à 2 ans de prison  avec sursis et 2ans d’illégibilité  pour favoritisme, prise illégal d’intérêts et faux et usage de faux, en écriture
  46. publique
  47. MAHEAS Jacques , (sénateur et maire PS) condamné définitivement en cassation en mars 2010 pour des faits de harcèlement sexuel datant de 2002. (En pleine affaire
  48. DSK, cela faisait un peu trop d'obsédés sexuels pour un seul PS !)
  49. MAUROY Pierre décédé le 7 juin 2013 (Sénateur PS) condamné  à 20 000€   d’amende avec sursis pour abus de confiance et devra, avec Lyne Cohen-Solal et Bernard
  50. Masset, son ancien directeur de cabinet, rembourser 19 654€
  51. MELLICK Jacques(Maire PS ) en 1996 condamné pour témoignage de complaisance dans l'affaire OM-Valenciennes L’Express
  52. MONTEBOURG Arnaud (Ministre PS) ministre du Redressement productif, mis en examen en 2010 pour diffamation et condamné en 2012  pour injures par le TGI de Paris
    condamné ce lundi 17 décembre 2012 à verser 2.000€ de dommages et intérêts pour avoir porté 
    atteinte à la présomption d'innocence du sénateur PS Jean-Noël Guérini.
  53. MOSCOVICI Pierre (Ministre PS) condamné pour atteinte au droit à l'image à une amende de  1220€ Libération
  54. NAVARRO Robert , (Cadre PS) dans l'équipe de campagne de François Hollande, objet d'une plainte du PS pour enrichissement personnel et bus de confiance , pour des
  55. frais personnels et des pizzas entre 2008 et 2010 pour 42.000 € ...Soutien de François Hollande à la primaire socialiste, il intègre son équipe de campagne durant l’été 2011.
  56. NOYES Jean-François (PS)mis en examen en 2012 dans le cadre de l'Affaire Guérini dont il était le directeur de cabinet pour association de malfaiteurs en vue de trafic
  57. d'influence et recel de trafic d'influence.
  58. PASTOR Jean-Marc(Sénateur PS) Notes de frais frauduleuses Médiapart révèle le 27 juin 2011 que le sénateur avait transmis à la trésorerie du Sénat deux factures de restaurant
  59. émises dans le Tarn, son département, pour un montant total de 2492 €. Il menace Médiapart de poursuites, produisant un faux communiqué de Gérard Larcher pour l’occasion,
  60. alors Président du Sénat, avant de se rétracter et de rembourser l’intégralité des notes de frais.
  61. PRADILLE Claude (Sénateur PS) Condamné en 1995 à cinq ans de prison de ferme, cinq ans d’inéligibilité et 300.000 francs d’amende pour « faux et usage de faux, corruption,
  62. complicité d’escroquerie et subornation de témoins » dans une affaire où il était soupçonné d’avoir fait construire sa piscine sur des fonds publics de l’Office HLM du Gard
  63. PUIGMAL Eli  (Maire PS) Condamné en2012 délit de favoritisme dans les conditions d’attribution de marché
  64. PUPPONI François , (Député PS) poursuivi pour abus de biens sociaux Figaro
  65. REBSAMEN François(Ministre PS) Condamné à Dijon à 1 an d'inéligibilité en 2004 pour utilisation de fonds publics à des fins personnelles Le net a été très soigneusement nettoyé
  66. de tous les détails de ce scandale sauf ici A noter son mépris pour une agression raciste anti-blanc  dans sa ville de Dijon
  67. ROYAL Ségolène (ministre PS) condamnée  pour des licenciements abusifs datant de 1997  Libération
    Figaro
  68. SEVE Patrick ( maire PS) tête de liste aux sénatoriales dans le Val-de-Marne, mis en examen, dans le cadre d'une enquête sur les marchés publics de sa commune, pour octroi
  69. d'avantages injustifiés et soustraction de fonds publics.  
  70. TAUBIRA Christine (ministre PS) condamnée le 27 septembre 2004 par le tribunal des Prud’hommes pour licenciement abusif, rupture abusive de contrat, et à verser 5300 euros
  71. après avoir exploité son ancienne employée DreuzInfo
  72. TEULADE René sénateur-maire PS d'Argentat (Corrèze), avait été condamné en juin 2011 à 18 mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende pour abus de confiance par
  73. le tribunal correctionnel de Paris. En octobre 2012, Hollande lui avait rendu hommage lors du Congrès de la Mutualité Française: "Je salue les présidents qui ont marqué l'histoire
  74. de votre organisation. René Teulade auquel je suis lié par une fidélité corrézienne (....)".source

     46VALLINI André (Sénateur PS ) Poursuivi pour Licenciement abusif et harcèlement moral par son attachée parlementaire avec qui il a fini par trouver un accord. A reçu une plainte

contre X pour concussion et utilisation frauduleuse de fonds publicsProche de François     Hollande, cet ancien président de la Commission Outreau conseille le candidat socialiste sur les questions de justice

                            La liste n'est pa exhaustive car on en découvre tous les ,jours!!

 

                            

                                      

                              

Avec les salaires faramineux dont a bénéficié Macron  on ne comprend pas trop! ?

                         Ou bien c'est un gestionnaire gaspilleur déplorable

              ou bien c'est un banquier avisé qui a su bien planquer ses avoirs

                   Dans les deux cas .. est ce un président souhaitable!!???

                                         

                     Et nous voilà au deuxième tour..
                               Charybde ou Scylla?

                             La peste ou le choléra?

                             nous disent les medias...

             

             

       quelle attitude hostile et revêche et méprisante  !!!!!

                

                                      Qui va y aller?

                                 ?

            

               

                 

                         

EN IMAGES. Présidentielle : le grand débat Le Pen-Macron sur France 2 et TF1 résumé en 15 dessins de presse drôles et moqueurs

Le tant attendu débat d'entre-deux-tours a donné lieu à de multiples escarmouches entre les deux candidats, mais aussi à de nombreux dessins de presse caustiques.

Description : Le débat de l\'entre-deux-tours de l\'élection présidentielle entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, vu par le dessinateur Philippe Morelle, le 3 mai 2017.Le débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, vu par le dessinateur Philippe Morelle, le 3 mai 2017. (PHILIPPE MORELLE / FACEBOOK)

i

                                                  Description : image

 

     

    

                                              No comment!!!!!!

 

Gros, pour "La revue dessinée"

Ménégol, sur Twitter

Delucq, sur Twitter

Ranson, sur Facebook

TerreurGraphiQ, pour "Libération"

Philippe Morelle, sur Facebook

Ulys, sur Twitter

Ménégol, sur Twitter

TerreurGraphiQ, sur Twitter

Lipp Farkas, sur Facebook

Delucq, sur Twitter

Na !, sur Twitter

Vidberg, sur Twitter

Chrib, sur Twitter

Joann Sfar, sur Twitter

: élections 2017