iles

                                                          

                 SPECIAL SAINT BRIEUC

                                                                                  

                              Actualités

                          

 

 

 

 

   

   

 

 

 

 

 

                                                        

      

Saint-Brieuc. Tour de Cesson : l’expropriation dans trois mois ?

| Publié le 24/10/2017 à 07:11

r

Le 18 juillet 2017, un huissier a constaté l’état d’abandon des parcelles de cet édifice remarquable. Il a rendu

son rapport : les propriétaires ont trois mois pour y effectuer des travaux.

Des murs pourris, moisis, infestés de champignons, des vitres cassées, des traces de squat, un lierre omniprésent

qui ronge les bâtiments. Voilà ce qu’ont découvert un huissier et un expert qui ont visité les 9 ha de parcelles

et de bâtiments entourant la Tour de Cesson, le 18 juillet.

Ils étaient mandatés par la Ville et couverts par la justice car cette parcelle est privée. Le 15 février, le conseil

municipal a décidé d’engager une procédure de sauvegarde. Elle consiste à imposer aux propriétaires de réhabiliter

ce lieu magnifique.

Après avoir reçu le rapport, Marie-Claire Diouron, la maire de Saint-Brieuc, a signé, hier, un procès-verbal

constatant « l’état d’abandon manifeste ». Une étape très importante. Car à partir d’aujourd’hui, les propriétaires

ont trois mois pour réaliser les travaux : débroussailler, préserver l’ordre public (à la suite des squats), réhabilite

les bâtiments délabrés.

« Redonner l’accès au patrimoine »

À compter du 23 janvier 2018, le conseil municipal aura la possibilité de prononcer l’expropriation. La Ville

pourra alors racheter ces 9 ha au prix fixé par Les Domaines. Avec quel argent ? « Pour l’instant, on ne s’interdit

rien », répond Marie-Claire Diouron.

La Ville peut se rapprocher d’autres collectivités ou institutions pour financer le rachat et la réhabilitation. Mais

aussi faire appel à un financement participatif. « Après la chute d’un pan des remparts de Dinan, le financement

participatif a fonctionné et la Ville avait pu le reconstruire », se souvient le directeur de cabinet, Corentin

Poilbout. L’objectif final ? « Redonner aux Briochins l’accès au site et à leur patrimoine. »

L’expropriation, courant 2018, est désormais plus que probable. Ce terrain et sa tour moyenâgeuse, qui surplombe

la baie de Saint-Brieuc, sont à l’abandon depuis 1983. Cette année-là, la propriétaire de la tour et du domaine est

décédée. Ses héritiers, réunis en indivision, n’ont jamais réussi à s’entendre pour la succession.

Sept des huit propriétaires actuels sont favorables à ce que ce bijou patrimonial revienne dans le giron de la

collectivité. Le huitième bloque tout depuis 34 ans. La ville de Saint-Brieuc a reçu un courrier de son avocat qui

prend acte de cette procédure. « Nous prenons le temps de bien faire les choses pour que la procédure de

sauvegarde ne soit pas attaquable en justice », indique la maire.

« Ce site est un promontoire de la ville, poursuit Marie-Claire Diouron, déterminée à aller jusqu’au bout. Il

mérite mieux que ce qu’il est actuellement. Nous devons le protéger. »

 

    

        

                                           

                                                           

   

           

                       

                                    

                                              

 

                                   

       

                                                             

                                                            

  

                                                                       

                                                        

                                           

                                                                  

                                             

                                                                     

           Ce n'est pas à St Brieuc,mais pas très loin, et la tempête y a été semblable

    

    

    

  

                                          

                                                                                         Avril 2018

      

                                                                         

                                                

                             

                                  

 

                                 

                                                          

                                      

                                                     

                                      

                                

                                 

                                                

                                

                                                                           Le chapeau de gendarme

                               En 1978, un nouvel ouvrage coiffe l’une des entrées de la ville : une passerelle pour relier le centre-ville à Gouédic.

                              Elle se voit vite affubler des noms de « chapeau de gendarme » et de « chapeau de Napoléon ».Son esthétisme ne fait

                              pas l’unanimité. Et, en termes de visibilité, la place Du Guesclin pâtit de ce « trou » qui oblige les automobilistes à

                              plonger sous terre.

                               En juillet 2018 sa démolition est décidée......

                               

                                                    

                                                   

                               

                                

                                

                                

                                                 

                                      

                                          

                                

                                         

                                         

                                        

                                         

                                                        

                                  

                                

                        

                                                          

                                                                                             en aout 2018 ,la plage de mon adolescence    ...

                                        

                                                       

                                                                

                                

                                 

                             

                                            

                                

                                            

                              

                             

                            

 

                                            

                      

                                                                         

                                              

                      

               

                                               

confusion! deux ponts de gouedic!   celui qui passe au dessus de la rue

   

Le pont de Gouëdic a été construit par Louis Auguste Harel de La Noë pour le Chemins de Fer des Côtes-du-Nord. Situé entre la gare des Chemins

de Fer de l'Ouest et la gare Centrale de Saint-Brieuc, il passait sur la rue de Gouëdic. Il a été détruit en 1997 et a laissé place à un nouveau pont

(pont Waldeck-Rousseau).

                                              Description : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/64/Pont_Waldeck-Rousseau_St-Brieuc_2015.JPG/280px-Pont_Waldeck-Rousseau_St-Brieuc_2015.JPG

et celui qui est"dans" la  rue de gouedic et enjambe le gouedic

                         

Saint-Brieuc. chantier sur le pont de la rue de Gouédic

Description : Au début du chantier, le 14 mars, la circulation était en sens unique rue de Gouédic. Mais avec le chantier Teo qui arrivait, la situation était intenable pour les automobilistes. Désormais, la circulation est alternée avec des feux.

 

Au début du chantier, le 14 mars, la circulation était en sens unique rue de Gouédic. Mais avec le chantier Teo qui arrivait, la situation était intenable

pour les automobilistes. Désormais, la circulation est alternée avec des feux. |

Au début début du chantier, le 14 mars, la circulation était en sens unique rue de Gouédic. Mais avec le chantier Teo qui arrivait, la situation était intenable

pour les automobilistes. Désormais, la circulation est alternée avec des feux. | OUEST-FRANCE

Sur le pont de la rue de Gouédic à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), les travaux ne devaient durer qu’un mois et demi. Quatre mois

plus tard, le chantier est toujours à l’arrêt. Les ouvriers ont eu une mauvaise surprise. Les travaux reprendront en septembre.

La circulation alternée depuis près de quatre mois, rue de Gouédic, questionne bon nombre de Briochins. Sans compter que ce

chantier s’ajoute à celui de Teo (lire ci-contre) et perturbe d’autant plus la circulation en centre-ville.

À l’origine, le chantier sur le pont était prévu entre le 14 mars et le 27 avril 2018. L’objectif ? Conforter cet ouvrage qui enjamb

la vallée du Gouédic et est âgé de près de trois siècles ! « C’est le plus vieux pont de Saint-Brieuc », explique Alain Ecobichon

, adjoint en charge de l’aménagement de l’espace public.

Mauvaise surprise

Ce type de confortement a déjà été réalisé sur d’autres ponts, comme celui du boulevard Waldeck-Rousseau ou encore celui de

Toupin. Ces travaux, indispensables pour des raisons de sécurité, coûtent cher à la Ville qui compte d’innombrables ouvrages au-

dessus de ses trois vallées.

Avant la construction de la RN12 et ses grands viaducs, entre 1976 et 1980, la rue de Gouédic était l’un des principaux axes pour

entrer dans le centre-ville. « Le pont a été élargi, des trottoirs ont été mis en place », poursuit Alain Ecobichon. En avril,

quand les ouvriers ont décapé le goudron pour consolider le pont, ils ont eu une mauvaise surprise. « Une poutre a été coupée en

deux lorsque le réseau d’assainissement a été posé il y a une quarantaine d’années. »

Lorsque les ouvriers ont découvert cela, une expertise a aussitôt été lancée. Le résultat est plutôt rassurant, selon l’élu. Le pont n

e va pas s’effondrer ! Mais plusieurs semaines ont été perdues sur ce chantier. Et avec les congés estivaux dans les entreprises de

travaux publics, celui-ci ne pourra reprendre qu’en septembre.

 « Plus de peur que de mal », conclut l’élu. Les automobilistes devront, eux, prendre leur mal en patience quelques semaines de plus !

                    

 

   

Le premier panneau « Breizh 5/5 » à l’entrée de la ville de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) a été dévoilé mardi au port du Légué.

Créée en 2015, l’association Breizh 5/5 s’est donné pour mission de « rendre visible dans l’espace public la volonté de la majorité

des Bretons pour réunir une Bretagne à cinq départements ».

Parmi les moyens utilisés pour s’afficher, des panneaux routiers sont proposés aux villes qui adhèrent à cette démarche de

réunification de la Bretagne historique. Ce qui est le cas de la ville de Saint-Brieuc, après une délibération en date du 17 décembre

2018. C’est dans ce cheminement que onze panneaux Breizh 5/5 seront apposés dans divers endroits de la ville.

Mardi, le premier a symboliquement été dévoilé au Légué, au son du bagad Sant-Brieg, devant la Maison des cultures bretonnes,

par la maire Marie-Claire Diouron, et Bertrand Nicolas, de l’association Breizh 5/5.

 

                     

         

Saint-Brieuc. Ouverture de Maxi Bazar, promesse d’un sursaut d’activité pour la rue Saint-Guillaume

 

Il y avait affluence ce matin, dans les rayons de la nouvelle enseigne Maxi Bazar qui a ouvert ce mercredi 29 mai 2019 dans la rue Saint-Guillaume, à la place de Bouchara. Le magasin de déco discount promet de jouer son rôle de locomotive pour le centre-ville.

Après Le Mans, Nantes, Saint-Nazaire, c’est au tour de Saint-Brieuc d’accueillir un Maxi bazar. La SARL Maxi Bazar Ouest Harmonie, dont le siège se trouve à Cagnes-sur-Mer, dans le sud de la France, étend sa toile dans le grand ouest. L’enseigne de déco discount et de plein d’autres choses, prend donc la place de Bouchara, fermé il y a trois mois.

« Tout est étudié et achalandé »

« Quand on rentre ici, on est agréablement surpris, dit cette cliente qui pensait trouver une ambiance type solderie. La faute au nom sans doute. Maxi Bazar, ça fait un peu péjoratif. »

La directrice régionale s’en défend. Présente ce mercredi matin pour marquer l’ouverture du magasin briochin, Murielle Dupont explique la stratégie commerciale de Maxi Bazar. « On met en scène nos produits pour donner des idées aux clients. On vise des gens qui aiment la décoration, la vaisselle, les équipements pour la cuisine, la salle de bains… Ici, ce n’est pas du posé-vendu sur palette ou du fouillis. Tout est achalandé ».

Maxi Bazar a ouvert mercredi 29 mai à la place de Bouchara, à Saint-Brieuc. | OUEST-FRANCE

Entre la bougie chauffe-plats, les espadrilles, les bonbons, le salon de jardin et les crèmes pour le corps, la quantité d’objets peut donner le tournis. « Moi, je trouve que cela fait bas de gamme», lâche cette femme qui vient d’arpenter les rayons de l’étage. Dans ce temple de l’éclectisme, on a fait du concept, un slogan : « Mini Prix, maxi choix ! »

Cette caverne d’Ali baba, ou le futile se niche près de l’utile, mise évidemment sur l’achat coup de cœur. D’ailleurs, ce mercredi matin, c’est surtout en famille que l’on est venu faire des emplettes.

Affluence de mercredi, lors de l’ouverture de Maxi Bazar à Saint-Brieuc. | OUEST-FRANCE

Autre ambition avancée par la direction : ramener au cœur de ville une offre qui a été cantonnée dans les zones périphériques. « Nous espérons servir de locomotive pour faire revenir des acheteurs dans la rue Saint-Guillaume », dit Patrick Durand, directeur du magasin briochin, recruté il y a deux mois. Ce sursaut de vitalité est très attendu par les commerçants voisins. « Je crois beaucoup que le monde attire le monde », dit Patrick Durand.

Maxi Bazar présente près de 10 000 produits dans des rayons de déco, hygiène, vaisselle, petit mobilier… | OUEST-FRANCE

« Maxi Bazar est une entreprise familiale, rapporte Stéphane Molines, directeur opérationnel. Les premières générations étaient spécialisées dans la droguerie. Puis il y a eu diversification. Notre PDG, Stéphane Pellegrin, est un homme de terrain qui sent les bons emplacements. »

Les salariées de Bouchara travaillent pour Maxi Bazar

Ce patron de 47 magasins en France et 34 en Suisses a eu l’opportunité de racheter sept magasins Bouchara dans le grand ouest, lui permettant de s’implanter, face à des concurrents comme Centrakor ou Gifi. « Eux, sont plutôt dans les zones commerciales, nous, nous sommes plus pointus dans la mise en rayon. Mais il y a de la place pour tout le monde, dit Murielle Dupont. Elle rappelle que Maxi Bazar a conservé tout le personnel de Bouchara, soit neuf salariées. Une équipe dynamique qui avait hâte de voir cette ouverture. »

                     

 

 

     

Désastre sanitaire et écologique, cette «marée» aux émanations toxiques a conduit à fermer plusieurs plages.

À Hillion, petite commune littorale de l’estuaire du Gouessant (Côtes-d’Armor), dans la baie de Saint-Brieuc, où se situent pourtant encore des

zones naturelles protégées, le décor a radicalement changé depuis quelques années. Et plus encore depuis le début de cet été 2019. Aujourd’hui,

quatre de ses six plages sont désormais fermées au public et donc interdites à la baignade: la faute aux algues vertes qui reviennent d’année en année,

s’installent pour de bon dans certains secteurs, et particulièrement cette saison.

«Jamais on n’en a eu autant, déplore un riverain avec émotion. Et c’est la première fois qu’autant de nos plages se retrouvent fermées en même

temps. Comble du comble: l’usine de valorisation de Launay-Lantic, qui traite les algues ramassées sur le littoral de la baie, vient de fermer.

Officiellement, c’est à cause des odeurs pestilentielles qui s’en dégagent. C’est clair que ça pue, mais, franchement, on se demande s’il n’y a pas

une réelle saturation du système de ramassage ...

                

                           

Bon... ce  n est pas st brieuc

mais une petite ville des côtes d"armor à laquelle je suis très attachée..

Tréguier. Un diplôme des métiers d’art unique en France

Description : David Le Tacon (à gauche), William Vollet (deuxième à droite), Ludovic Blanc (cinquième à gauche) et Françoise Trottin (à droite) présentent les étudiants.

David Le Tacon (à gauche), William Vollet (deuxième à droite), Ludovic Blanc (cinquième à gauche) et Françoise Trottin (à droite)

présentent les étudiants. | OUEST-FRANCE

Ouest-France

Publié le 25/10/2018 à 06h21

Le lycée Joseph-Savina, à Tréguier, propose un brevet des métiers d'art, une formation en deux ans ouverte aux titulaires d’un CAP

staffeur ornemaniste. Le cursus se déroule en apprentissage.

David Le Tacon, directeur délégué à la formation professionnelle et technologique du lycée Joseph-Savina, à Tréguier (Côtes-d'Armor),

présente la promotion de dix candidats au brevet des métiers d’art, staffeur ornemaniste, volumes et matériaux associés.

Des jeunes adultes titulaires d’un CAP staffeurs, en apprentissage sur deux ans. « Le seul en France !, précise David Le Tacon avec

une certaine fierté. Ils bénéficient d’un contrat en entreprise, qui les rémunère entre 800 € et plus de 1 000 €. »

Un BMA, après un CAP… et un bac !

Hélène, 25 ans, de Pontivy, est titulaire d’un bac comptabilité gestion, plus un bac pro aménagement finition, et un CAP staff obtenu à

Savina. « Je suis employée aux Ateliers Sedap, à Nantes, après deux ans en Australie, puis l’Asie, la Thaïlande, la Corée du

Sud, les États-Unis… » Hélène, la globe-trotteuse, parle anglais couramment.

Morgane, 19 ans, de Dijon, possède un bac technicien modeleur et un CAP staff. Elle est salariée d’une entreprise de 150 employés, dont

50 staffeurs, à Strasbourg, où elle travaille en alternance, quatre semaines à Savina, quatre semaines en entreprise.

Samuel, 21 ans, d’Avranches, titulaire d’un bac sciences et technologies de gestion (STG), avant une année en sociologie à l’Université de

Caen, et un CAP staff à Savina en 2017-2018, est dans une entreprise de staff à Avranches. « Je projette de travailler en Pologne, le

pays natal de mon amie. »

Marc, 20 ans, de Rouen, possède un bac sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D). Après une

expérience chez Les Compagnons du devoir et un an de chômage, il obtient un CAP staff à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime

). Employé dans l’entreprise PDH création à Dieppe, il souhaite « rester dans la création ».

L’équipe pédagogique des BMA est composée de Ludovic Blanc, William Volet et Françoise Trottin, tous trois anciens professionnels,